Infestation de requins… Vraiment?

Par Marie-Odile Noël | 4 décembre 2013| Île de la Réunion
3441 - I - Crédit photo Fènix Gendron Face à la mer, je me demande ce qui attire les requins si proche de la côte… Face à la mer, je me demande ce qui attire les requins si proche de la côte…
3443 - I - Crédit photo Marie-Odile Noël Combien de requins nagent vraiment dans les eaux de la baie de Saint-Paul, là où ont eu lieu plusieurs accidents? Combien de requins nagent vraiment dans les eaux de la baie de Saint-Paul, là où ont eu lieu plusieurs accidents?
3442 - I - Crédit photo Marie-Odile Noël Les requins s'aventurent maintenant plus proche de la côte… et même jusque dans le port où est ancré le Sedna IV! Les requins s'aventurent maintenant plus proche de la côte… et même jusque dans le port où est ancré le Sedna IV!
3445 - I - Crédit photo Apex Predators Program. National Oceanic and Atmospheric Administration/Department of Commerce. Un requin-bouledogue pêché en Californie grâce à un drumline, sorte d'immense hameçon. La pose de drumlines aux alentours des sites de baignade et de surf est envisagée ici, à la Réunion. Un requin-bouledogue pêché en Californie grâce à un drumline, sorte d'immense hameçon. La pose de drumlines aux alentours des sites de baignade et de surf est envisagée ici, à la Réunion.
Écho Action est un programme qui vous propose des trucs pour passer le mot sur la biodiversité. En savoir plus

Alors que nos rencontres avec différents acteurs impliqués dans la crise requins se poursuivent, une phrase entendue et lue à plusieurs reprises me trotte dans la tête. Les protagonistes qui souhaitent ouvrir en grand la chasse aux requins l’ont tous sur le bout des lèvres. À quelques nuances près dans la formulation, l’idée est la même : les eaux de la Réunion sont infestées de requins.

On en parle comme si les populations de requins de types bouledogue et tigre avaient explosé ces dernières années et que ces gros poissons pullulaient dorénavant dans les eaux de la Réunion. On en parle presque comme si ces bêtes étaient devenues tellement nombreuses qu’elles n’avaient d’autre choix que de se nourrir d’humains. Et l’idée de les pêcher pour en contrôler la population devient très séduisante…

Pourtant, l’hypothèse d’une explosion soudaine du nombre de requins de types bouledogue et tigre tient difficilement la route. Premièrement, les requins atteignent leur maturité sexuelle tardivement et n’ont que peu de descendants à la fois; une augmentation de leur nombre demande donc du temps et de la patience. C’est d’ailleurs là l’une des principales préoccupations des programmes de rétablissement de ces animaux.

Mais surtout, les requins sont, ce qu’on appelle, des superprédateurs; une fois l’âge adulte atteint, ils sont au sommet du réseau trophique et n’ont pas de prédateurs, à part certains parasites ou bactéries et, dorénavant, l’homme. À l’inverse des espèces-proies dont le nombre est contrôlé par la prédation, les superprédateurs, eux, voient leur nombre contrôlé par la disponibilité de leurs proies. L’équation est très simple. S’il y a beaucoup de poissons à manger, il y aura de plus en plus de requins… Ces derniers se nourriront des poissons jusqu’à ce que le nombre de ceux-ci, devenu trop faible, ne suffise plus à répondre aux besoins de tous ces requins. Ce sera alors les populations de ces derniers qui chuteront… jusqu’à ce que leur nombre soit assez faible pour que les poissons, libérés de la pression de prédation, commencent à se multiplier à nouveau. Et la boucle se répète.

C’est donc dire que, pour qu’il y ait une surpopulation de requins dans les eaux entourant la Réunion, le garde-manger sous-marin devrait être énorme. Or, les pêcheurs, les plongeurs et les scientifiques d’ici vous diront que ce n’est pas le cas. Les eaux de la côte ouest sont sous la protection d’une réserve marine depuis 2007 pour aider au rétablissement de leur faune et de leur flore; certains pêcheurs doivent intensifier leurs efforts de pêche afin de sortir de l’eau des stocks satisfaisants de poissons; les plongeurs, eux, ont déjà rencontré beaucoup plus de poissons matures pendant leurs sorties en mer.

Conclusion : les requins-bouledogues et les requins-tigres ne sont pas plus nombreux qu’avant dans l’océan. Ils s’aventurent seulement plus proches de la côte. L’idée de les pêcher pour diminuer leur nombre semble, par le fait même, une mesure bien discutable… Au-delà de considérations éthiques comme celle d’éliminer des animaux dont la population ne pose pas, a priori, de problème, le fait de tuer les requins qui se trouvent dans la zone balnéaire tant prisée par les surfeurs et les baigneurs ne changerait vraisemblablement rien à la situation. D’autres individus viendraient fort probablement prendre la place maintenant libre. Il faut chercher plus loin, penser à plus long terme…

Mais qu’est-ce qui attire les requins si près de la côte? Qu’est-ce qui leur a ouvert ce milieu jusqu’alors inaccessible? Nos recherches se poursuivent…

« précédent suivant »
Commentaires8
  • Ariane
    4 janvier 2014
    À mon sens, le raisonnement présenté dans cet article est irréprochable. Pour nourrir un requin ça prend du poisson. S'il y avait un plus grand nombre de requins, il faudrait plus de poissons pour les nourrir. Mais au contraire : il y a pénurie de poissons. Les requins qui manquent de nourriture peuvent donc a) mourir de faim, ou b) se tourner vers une autre source de nourriture, ex. l'humain ou une autre espèce présente prêt des rivages. Je ne pense pas qu'il soit "écolo bobo" de faire ce raisonnement. Aussi, le requin est un animal qui à ce que je comprends restait au large et ne s'attaquait pas à l'homme jusqu'à tout récemment. Il n'était donc alors pas un problème (d'où le "a priori), même s'il en est effectivement devenu un depuis! Et depuis quoi? voilà ce qu'il faut découvrir. L'option de chasser le requin peut être une solution. Mais est-ce la bonne? Ne serait-il pas mieux de trouver quel est le problème afin de restaurer l'habitat d'origine du requin pour qu'il retourne au large? Tuer des animaux qui, bien que prédateurs, font partie originalement de l'équilibre de l'écosystème ne peut pas être la meilleure solution. À court terme peut-être, mais ne vaut-il pas mieux chercher plus loin avant de commettre de nouvelles erreurs? Une erreur qui pourrait très bien être encore plus nuisible à l'économie de La Réunion! Et poser des questions et trouver des solutions : n'est-ce pas là le but de cette mission qu'est 1000 Jours Pour La Planète?
  • Martine
    16 décembre 2013
    À ces deux chers commentateurs précédents, si vous avez envie de gerber alors pourquoi vous, ne tentez pas d'écrire des articles éducatifs portant sur un problème réel ? Une daube comme article, et bien moi j'y vois une biologiste sur le terrain qui tente de comprendre un phénomène en posant des questions. Au fait, oui les requins ne posaient à priori aucun problèmes jusqu'à ce que l'humain n'exploite l'environnement de l'île de façon non durable. J'aimerais bien savoir sur quoi vous travaillez vous en ce moment ? Certainement pas à tenter de trouver une solution durable pour la gestion d'une île qui voit l'équilibre de sa biodiversité ébranlé. Le problème ici, c'est l'être humain et non pas les requins. L'être humain en quête de pouvoir de son environnement jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il le détruit ou crée des problèmes mais qu'ensuite dénonce les écolos bobos. Vous vous abstiendrez cher Krees vous même la prochaine fois, à ne pas encourager et soutenir un organisme qui se dévoue à vouloir comprendre les phénomènes de changements climatiques à l'échelle de la planète. Je ne peux pas croire qu'en 2013, des arriérés comme vous nuisent à des chroniques de biologistes sur le terrain qui tentent d'élucider des problématiques. Et vous, vous faites quoi mes très chers confrères (parce que j'imagine bien que vous êtes biologistes pour vous permettre de commenter ici non ?) pour éduquer la population des problèmes environnementaux. Ça m'exaspère.
  • SYLVAIN
    5 décembre 2013
    "des animaux dont la population ne pose pas, à priori, de problème" ?????? est ce que vous avez entendu parler des morts et des mutilés recemment survenus sur nos cotes ?????? ou est ce que vous etes encore de ceux qui, venant de l'extérieur, vont nous apprendre à vivre ? une ile tropicale où la baignade et les activités nautiques sont interdites par arrété préféctoral, vous trouvez cela normal ? bon courage dans vos recherches cordialement
  • flex
    5 décembre 2013
    ramassi de conneries!! les requins bouledogues ne sont pas protégés car ne sont pan en voie d'extinction;;; ECT
  • Krees
    5 décembre 2013
    C est une bonne grosse daube comme article encore le travail d ecolos bobo qui sont bien loin de la realité une bonne grosse daube une honte qui me donne envie de gerber .... Faudrait s abstenir des fois .... Vraiment ....
  • xx ric
    5 décembre 2013
    pourquoi ne pas venir prendre un bain en baie de st paul , ou boucan canot ? lorsque l île qui vie de son tourisme se meurt , quand la question de survie de l économie et de l avenir de la réunion est mise en dangers et bien oui on pêchera du bouldogue qui n est qu un simple poisson comestible au même titre que le thon , si le problème se poserait a tahiti vous n iriez pas emmerder les grands et costeaux tahitiens , vous savez trés bien comment ils vous recevrez! donc oui nous sommes en mode survie économique et oui ce sera le reunionnais avant le bouldogue , allez plutôt en chine ou le massacre est réel et arrétez de nous faire *** avec votre désinformation a 2 balles !!!!
  • coq
    5 décembre 2013
    Vous dites vraiment n'importe quoi: Je vous cite: "comme si les populations de requins de types bouledogue et tigre avaient explosé ces dernières années" FAUX: pas les tigres: mais les bouledogues!!. Quasi absents il y a 15 ans. Aujourd'hui 1 requin sur 2. "Premièrement, les requins atteignent leur maturité sexuelle tardivement et n’ont que peu de descendants à la fois" FAUX: Complétement faux pour le bouledogue!! Maturité à 3/ 4 ans et + 10 petits par portée!!; "Pas de prédateur sauf... l’homme". FAUX: Jusqu'à il y a 15 ans oui; mais depuis que la peche s'est brusquement arretee à la Réunion(ciguatera): ce n'est plus le cas!! "sous la protection d’une réserve marine depuis 2007" La seule reserve marine (La Reunion) au monde qui ne voit pas sa biomasse augmenter et qui a vu disparaitre les requins de recif (mets appétissant des bouledogues) "Pecher le requin....D’autres individus viendraient fort probablement prendre la place maintenant libre." FAUX pour le requin bouledogue: sédentaire à 90% de son temps!! Il ne sera donc pas automatiquement remplacer!
  • Patrick Her
    4 décembre 2013
    Raisonnement et conclusion simplistes, dignes d'un écolier... aucun argument étayé, des données ignorées volontairement ou pas, des éléments erronés, bref, encore une intervention inutile...
Merci de votre participation. Veuillez prendre note que votre commentaire sera modéré avant publication.
Ajoutez votre commentaire