Mythes, légendes et superstitions

Par Sophie Tessier | 24 mai 2012| Transit de Horta à Saint-George
309 - I - Crédit photo Arsénio Corôa L'animal à ne pas prononcer sur les bateaux! L'animal à ne pas prononcer sur les bateaux!
310 - I - Crédit photo Arsénio Corôa Médiallon de Sainte-Anne-de-Beaupré Médiallon de Sainte-Anne-de-Beaupré
311 - I - Crédit photo Arsénio Corôa Collier de Jean Lemire Collier de Jean Lemire
312 - I - Crédit photo Graffiti à l'effigie du Sedna IV et de la mission sur le quai de Horta Graffiti à l'effigie du Sedna IV et de la mission sur le quai de Horta
313 - I - Crédit photo Sophie Tessier Tortue de Sophie Tessier Tortue de Sophie Tessier
Écho Action est un programme qui vous propose des trucs pour passer le mot sur la biodiversité. En savoir plus

Vous pouvez dire « le cousin du lièvre », « la vedette de Pâques », mais surtout, à bord, ne prononcez jamais le mot « lap___ » ! C’est que les marins possèdent tout un répertoire de mythes, de légendes et de superstitions. En ce qui concerne « l’animal aux grandes oreilles », cette loi non écrite existe depuis l’époque où les animaux étaient transportés vivants afin d’être consommés lors des jours de chasse infructueuse. Ledit animal, échappé de sa cage, grugeait parfois à l’insu de l’équipage le cordage en chanvre qui servait à l’arrimage de la cargaison. Les caisses de la cale alors désarrimées pouvaient cogner sur la coque du navire, la transpercer et provoquer indirectement un naufrage. Aujourd’hui, malgré les congélateurs, malgré le robuste cordage synthétique, allez savoir pourquoi, la superstition persiste fermement.

Il existe aussi toute une panoplie de talismans, de porte-bonheur et de saints qui protégeront votre bateau des intempéries, des pannes, des avaries… Ainsi, si vous ouvrez l’œil dans la timonerie d’un bateau conduit par des Grecs, vous y trouverez un portrait de Saint-Nicolas. Chez les Québécois, il s’agit souvent d’un médaillon de la bonne Sainte-Anne. Quant à notre chef de mission, Jean Lemire, il opte plutôt pour son fish hook (breloque en forme d’hameçon stylisé), un gri-gri de la Nouvelle-Zélande qu’il porte toujours au cou. En ce qui me concerne, c’est une tortue qui veille sur nous…

Pour attirer la chance à bord, il faut aussi planifier, à la construction du bateau, de poser sous les mâts un louis d’or (une pièce d’or à l’effigie de Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, etc.) si l’on est un marin français. En ce qui concerne le Sedna IV, il s’agit d’une pièce de 2 $ canadienne sous le mât de misaine (le mât d’en avant).

Ce qui porte malheur? Partir un vendredi.

De plus, saviez-vous que siffler attire le vent? Sur un voilier, c’est permis, mais sur un pétrolier, fredonner ainsi votre air préféré sera très mal vu par vos coéquipiers.

Il y a aussi toute une panoplie de proverbes qui accompagne les superstitions. Ainsi, on dit que « Nul vent n’est favorable pour le marin qui ne sait où il va ». Heureusement, le trajet du Sedna IV est très bien planifié!

À naviguer, on côtoie aussi tout un pan de la mythologie ainsi que des légendes qui remontent à la nuit des temps. Saviez-vous que Sedna était une déesse inuite? À la suite d’événements malencontreux, elle perdit ses doigts au fond de l’océan. Par la suite, chacun d’eux donna naissance à différentes catégories d’animaux marins : les poissons, les baleines, les phoques, etc.

Aux Açores, il faut prier Santa-Catarina (Sainte-Catherine). Aussi, il est dit que pour éviter d’attirer le malheur sur votre bateau, il suffit de peindre, sur le quai, un graffiti à l’effigie de celui-ci. Comme on ne joue pas avec les divinités, nous sommes immédiatement allés acheter quelques pots de peinture : on met toutes les chances de notre côté pour la traversée vers les Bermudes!

« précédent suivant »
Commentaires0
Merci de votre participation. Veuillez prendre note que votre commentaire sera modéré avant publication.
Ajoutez votre commentaire